Indicateurs économiques

Les entreprises à Montrouge

Le tissu économique

À Montrouge c’est plus de 900 entreprises créées en 2021, c’est autant qu’en 2020. Cela correspond à environ 18 créations d’entreprise par semaine. 82,6% des établissements actifs employeurs à Montrouge appartiennent au secteur du commerce, transports et services.

Voir l'image en grand

Etablissements par secteur d’activité

Voir l'image en grand

On peut voir que les secteurs les plus importants sont les activités spécialisées, scientifiques et techniques ainsi que les activités de services administratifs et de soutien qui représentent 28%. Le commerce de gros et de détail ainsi que les transports, l’hébergement et la restauration représentent 23% des établissements.

Le taux d'activité à Montrouge

Les chiffres donnés par l’INSEE sont actualisés à N-2.

Taux d'activité : Rapport entre le nombre d'actifs (personnes en emploi et chômeurs) et l'ensemble de la population correspondante

À Montrouge, sur la population des 15 à 64 ans, le taux d’activité est plutôt bon : 80,7% contre 78,8% dans les Hauts-de-Seine et 74,1% en France.

Voir l'image en grand

En 2019 le taux d’activité à Montrouge était de 80,7%.

Le taux d'emploi à Montrouge

Taux d'emploi : Il mesure l'utilisation des ressources de main-d'œuvre disponibles. C’est le rapport du nombre d'actifs occupés par la population en âge de travailler (15-64 ans).

À Montrouge le taux d’emploi est plutôt bon ! 73,0%, contre 70,4% dans les Hauts-de-Seine et 64,2% en France. Le taux de chômage est ainsi de 9,6% à Montrouge en 2019 (9,7% pour les hommes et 9,5% pour les femmes), mieux que dans les Hauts-de-Seine (10,7%) et a fortiori qu’en France (13,4%).

Voir l'image en grand

L’indicateur de concentration d’emploi :

(L’INSEE calcule un indicateur de concentration d'emploi qui mesure le rapport entre le nombre d’emplois total d'un territoire sur le nombre de résidents qui en ont un.)

  • L’indicateur de concentration d’emploi de la ville de Montrouge est en 2018 de 1,14, significativement supérieur à 1, témoignant de l’attractivité de Montrouge comme bassin d’emploi.
  • A titre comparatif, Hauts-de-Seine : 1,26 / France : 0,98 / Bagneux : 0,63 / Châtillon : 0,81 / Malakoff : 1,05 / Vallée Sud Grand Paris : 0,80.

Évolution des DEFM depuis janvier 2019

Définitions des DEFM

DEFM : Demandeurs d’Emploi en Fin de Mois

  • catégorie A : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, sans emploi ;
  • catégorie B : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activité réduite courte (i.e. de 78 heures ou moins au cours du mois) ;
  • catégorie C : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activité réduite longue (i.e. de plus de 78 heures au cours du mois) ;
  • catégorie D : demandeurs d’emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi (en raison d’un stage, d’une formation, d’une maladie…), sans emploi ;
  • catégorie E : demandeurs d’emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, en emploi (par exemple : bénéficiaires de contrats aidés).

Voir l'image en grand

Évolution des DEFM depuis janvier 2019 par catégorie

Le nombre de demandeurs d’emploi en fin de mois (toutes catégories), à Montrouge à fin juillet 2022, s’élève à 3690, en baisse de 8,0% sur un an.

L’évolution des DEFM en 2022 est « positive » à Montrouge (moins de DEFM sur l’ensemble de l’année), comme sur le national (-7,2%). Les DEFM ont baissé d’avantage à Montrouge qu’au national (-8,0% contre -7,2%).

Glossaire

  • DEFM = Demandeurs d’emploi en fin de mois

Catégories des DEFM :

  • Catégorie A : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, sans emploi ;
  • Catégorie B : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activité réduite courte (i.e. de 78 heures ou moins au cours du mois) ;
  • Catégorie C : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activité réduite longue (i.e. de plus de 78 heures au cours du mois) ;
  • Catégorie D : demandeurs d’emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi (en raison d’un stage, d’une formation, d’une maladie…), sans emploi ;
  • Catégorie E : demandeurs d’emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, en emploi (par exemple : bénéficiaires de contrats aidés).

  • Taux de chômage : part des personnes faisant partie de la population active qui sont au chômage. La population active est la population en âge de travailler (15-64 ans) et qui travaille ou souhaite travailler. Un chômeur est une personne qui n'a pas d'emploi et qui en recherche un.

  • Taux d'emploi : il mesure l'utilisation des ressources de main-d'œuvre disponibles. C’est le rapport du nombre d'actifs occupés par la population en âge de travailler (15-64 ans).

  • Taux d'activité : c’est le rapport entre le nombre d'actifs (personnes en emploi et chômeurs) et l'ensemble de la population correspondante.

  • Indicateur de concentration d’emploi : L’INSEE calcule un indicateur de concentration d'emploi qui mesure le rapport entre le nombre d’emplois total d'un territoire sur le nombre de résidents qui en ont un.