Les Jeux Olympiques à Montrouge - Programme

Les essentiels de Montrouge - Juillet-Août 2024

Une histoire de l'olympisme

Le 26 juillet prochain, sur la Seine, la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques (JO) de Paris 2024 sera le point de départ de deux semaines de compétitions réunissant 10 500 athlètes des cinq continents. Le contexte / Après 1900 et 1924, c’est la troisième fois que Paris organise le plus grand événement sportif mondial qui devrait rassembler plus de quatre milliards de téléspectateurs à travers le monde. Les enjeux / Cet été, tous les regards seront donc tournés sur les 35 sites olympiques de France métropolitaine et d’Outre-mer. Mais au fait, pourquoi un tel emballement autour des JO ? Quelle est leur histoire ? Quelles émotions suscitent-ils ? Quels héritages laissent-ils dans les villes organisatrices ?

Les Jeux, ce sont des moments forts et symboliques qui marquent des générations, comme lorsque le boxeur américain Mohammed Ali, médaillé d’or olympique à Rome en 1960 et atteint de la maladie de Parkinson, allumait la vasque olympique à Atlanta en 1996. C’est à présent au tour de Paris, de Montrouge et de toute la France de vivre ces moments qui fédèrent tout un pays. Les cinq anneaux olympiques entremêlés ont déjà trouvé leur place sur la Tour Eiffel pour symboliser l’universalité et la fraternité des peuples ; la flamme olympique a traversé toute la France tandis que Montrouge, labellisée Terre de Jeux 2024, qui va se « mettre en 4 pour les JOP », a vu passer en mars dernier le vase Mayodon 47 lors de la semaine olympique Top 92. Les Jeux, c’est aussi une histoire de près de 3 000 ans, issue d’une tradition née de l’Antiquité, à Olympie, où chaque région de la Grèce s’affrontait sportivement en envoyant ses champions. Et en 1896, sous l’impulsion du baron Pierre de Coubertin, les premiers Jeux de l’ère moderne font revivre cette tradition à Athènes où 14 nations et 245 athlètes concourent dans 43 épreuves et neuf sports. En 1960 à Rome, les premiers Jeux paralympiques se tiennent six jours après la clôture des JO et voient s’affronter 400 athlètes en fauteuil roulant dans huit disciplines. Ces Jeux sont l’héritage des rencontres sportives de Stoke Mandeville, lancées en 1948 par le neurologue Ludwig Guttman pour accélérer le rétablissement de ses patients paraplégiques, tous vétérans de la Seconde Guerre mondiale. À Paris, les Jeux paralympiques 2024 se tiendront du 28 août au 8 septembre.

Exploits légendaires

Au fil des décennies et des éditions, les exploits sportifs des athlètes et les émotions partagées avec les spectateurs frappent les esprits et participent à forger la légende des JO. En 1952 à Helsinki, on s’émeut du couple olympique formé par les Tchécoslovaques Émile Zatopek, triple médaillé d’or en athlétisme (marathon, 5 000 et 10 000 mètres), et Dana Zatopkova, reine du javelot, unis à la vie comme à la piste. À Montréal en 1976, le monde s’émerveille du talent de la toute jeune roumaine Nadia Comaneci, 14 ans, qui obtient le premier 10 de l’histoire olympique en gymnastique (la note maximale) à la suite d’une prestation parfaite. Certains athlètes entrent dans la légende olympique en enchaînant les succès, comme le nageur américain Mark Spitz et ses sept médailles d’or et sept records du monde à Munich en 1972, ou le roi de la piste Carl Lewis et ses quatre médailles d’or en sprint et en saut en longueur à Los Angeles en 1984.

Gestes politiques

Gestes politiques Miroir de nos sociétés, l’olympisme est aussi, malgré lui, le théâtre d’enjeux politiques et diplomatiques donnant parfois lieu à de grands moments d’histoire qui ont marqué les Jeux. En 1936 à Berlin, devant les 100 000 spectateurs du stade olympique et sous les yeux d’Adolf Hitler, le sprinteur noir américain Jesse Owens triomphe au saut en longueur et sur 100, 200 et 4x100 mètres, ruinant la démonstration de supériorité de la race blanche voulue par le Führer. Des jeux de Mexico en 1968, on retient surtout les poings levés et gantés de noir des sprinteurs américains Tommie Smith et John Carlos, tous les deux sur le podium du 200 mètres. Les deux athlètes seront exclus des Jeux pour leur geste dénonçant la ségrégation raciale aux États- Unis, mais leur action restera dans toutes les mémoires. Les cérémonies d’ouverture sont aussi l’occasion de gestes symboliques, comme en 1964 à Tokyo où la vasque olympique est allumée par le jeune Yoshinori Sakai, 19 ans, né le 6 août 1945 près d’Hiroshima, le jour-même où la première bombe atomique est lâchée sur le Japon.

Une histoire d'héritage

L’olympisme, c’est aussi l’histoire de ses villes hôtes et de l’héritage à la fois sportif, social, environnemental, urbain et économique que les Jeux laissent à travers le temps, une fois les compétitions terminées. Lieux emblématiques des olympiades, les sites sportifs traversent les décennies, comme le stade olympique de Stockholm, construit pour les JO de 1912 et encore utilisé aujourd’hui lors d’événements majeurs, ou l’arène de Wembley à Londres, déjà le théâtre des Jeux de 1948 et l’un des sites clé des JO de 2012 (badminton et gymnastique rythmique). Les Jeux de Paris 2024 laisseront quant à eux en héritage le centre aquatique de Saint- Denis, principal équipement olympique construit pour l’événement. Dans l’élan olympique, c’est toute la pratique sportive d’un pays qui s’accroît, comme en Espagne au lendemain des JO de Barcelone où la population pratiquant une activité sportive au moins une fois par semaine est passée de 36 % en 1983 à 51 % en 1995.

Terre de jeux 2024

Les Jeux participent à une plus grande ouverture au monde des sociétés. Le festival des arts olympiques à Sydney en 2000 valorise alors le caractère multiculturel de la société australienne et contribue à asseoir la place du pays dans le monde à l’aube du 21e siècle. C’est aussi toutes les villes environnantes qui profitent de l’effet JO, comme Montrouge, « Terre de jeux 2024 », qui vit à l’heure olympique en multipliant les rendez-vous sportifs à l’attention de tous et en accueillant des équipes de haut niveau, comme à l’école Buffalo où deux championnes de hockey sur gazon ont rendu visite aux élèves ou encore au complexe sportif du Cercle Athlétique de Montrouge qui a su attirer l’équipe féminine allemande de hockey à l’occasion d’un entraînement ouvert au public.

Un coup d'accélérateur

Les Jeux changent les villes et participent parfois à les rendre plus durables À Atlanta, les JO de 1996 ont permis la plantation de plus de 2 000 arbres dans le centre-ville et le réaménagement de plusieurs parcs urbains dans l’aire métropolitaine. De son côté, Paris 2024 mise sur 95 % d’infrastructures déjà existantes pour ses Jeux et s’engage à réemployer ou recycler tous les matériaux utilisés. Les transports et la maîtrise des énergies renouvelables sont aussi des leviers actionnés grâce aux Jeux pour changer le visage d’une ville hôte. À Pékin en 2008, les autorités ont construit de nouvelles lignes de métro pour accueillir les Jeux, tandis qu’à Sydney, les énergies renouvelables étaient au coeur de la construction du parc olympique avec notamment l’installation de panneaux solaires sur les 665 toits du site. Des quartiers entiers s’embellissent pour accueillir le monde. Avec son programme « New Look for Athens », la capitale grecque s’est ainsi lancée, avant 2004, dans la rénovation des façades décrépies de son centre-ville et la construction de rues piétonnes pour mieux relier la ville à ses sites antiques. Enfin, sur le plan économique, l’héritage des Jeux est aussi très perceptible. Il n’y a qu’à voir comment la hausse de 38 % de l’infrastructure hôtelière de Barcelone entre 1990 et 1992 a contribué à accélérer les projets de rénovation et à augmenter l’attrait de la ville aux yeux des touristes. À quelques jours du coup d’envoi des JO de Paris, la France est prête à vibrer et Montrouge aussi ! Cet été, la Ville se met en quatre pour vous faire vivre à l’heure olympique. Découvrez le programme 100 % montrougien...

Montrouge se met en 4 pour les Jeux Olympiques

Montrouge, Terre de jeux 2024 ! Ce n’est pas qu’un joli nom … Engagée en faveur de la pratique sportive pour tous au quotidien, la Ville vibrera aussi au rythme des J.O du 26 juillet au 11 août prochains avec une riche programmation d’animations, d’initiations sportives et des projections des épreuves des J.0 sur écran géant. Découvrez le programme !

Quand on dit qu’on se met en 4, c’est au sens propre comme figuré à Montrouge pendant les JO… puisque ce sont quatre lieux emblématiques de Montrouge – les allées Jean Jaurès ; la place Cresp, le parvis de l’Aquapol et le Cercle Athlétique de Montrouge qui vibreront au rythme des épreuves des J.O mais aussi des nombreuses animations et démonstrations sportives qui seront proposées par la Ville du 26 juillet au 11 août. Les maîtres mots : découverte, initiation, divertissement, sports gratuits et pour tous autour des disciplines olympiques et plus encore. Pour ne citer que ces sports : tir à l’arc, mini-golf, beach-volley aux Allées Jean Jaurès ; cross training, circuit de pumptrack, badminton, yoga place Cresp ; circuit training, tennis et hockey sur gazon au Cercle Athlétique de Montrouge ; boxe à l’Aquapol…

Sport pour tous

Afin de proposer cette grande variété de sports en accès libre, la Ville, mais aussi le Stade Multisports de Montrouge et le Cercle Athlétique de Montrouge (CAM) se sont associés pour déployer une programmation quotidienne presque entièrement en accès libre. « Le principe : venir en solo ou en famille, que l’on ait 5 ans, 30 ans, 50 ans ou 80 ans et s’offrir sans inscription préalable, une séance de tir à l’arc, une initiation au yoga ou bien une partie de beach-volley ou bien simplement assister aux démonstrations et initiations qui ont lieu. Ce sera un moment inédit où tout Montrouge fêtera le sport et les Jeux olympiques » explique Jean-Yves Verzeele, Maire-adjoint à la Vie associative et aux Sports.

En dimensions olympiques...

Bien sûr, une grande partie de ces initiations sportives auront lieu à l’extérieur mais c’est aussi au Beffroi que chaque jour vous pourrez vous rendre pour… visionner une épreuve des J.O sur écran géant tout en dégustant une bonne glace (un glacier y sera installé dans le hall du Beffroi). Et ce n’est pas l’unique point de rendez-vous quotidien pour tous ceux qui ont envie de voir l’événement en grand ! Ce sont aussi le CAM et le restaurant Titi Touareg qui allumeront leur grand écran chaque jour pour diffuser les épreuves des J.O. Vous le voyez cette année, Montrouge sera animée comme jamais pendant l’été. Bien sûr vous retrouverez à nouveau tout votre programme des Estivales ainsi que les traditionnels dimanches sportifs. Et pour ceux qui voudraient aussi voir les J.O « en vrai », sachez que deux épreuves de course cycliste (masculine et féminine) passeront – quelques instants avenue Pierre Brossolette- les 3 et 4 août prochains… À bon entendeur !

Le programme

Participer à l'ouverture... Et la clôture des J.O !

Le vendredi 26 juillet dès 18h, venez assister à la cérémonie d’ouverture des J.O… au parc Jean-Loup Metton. Visionnez la cérémonie d’ouverture sur grand écran de 19h30 à 22h30 ; participez gratuitement et en famille à des animations sportives (tir à l’arc, molki, bowling, mini-golf, tennis de table) et poursuivez la soirée festive en musique ! De même la cérémonie de clôture des J.O sera projetée sur écran géant dimanche 11 août prochain dès 20h au Beffroi !

Inauguration des J.O à Montrouge

  • Vendredi 26 juillet - Dès 18h au parc Jean-Loup Metton / Allées Jean Jaurès
    Entrée libre
  • Dimanche 11 août au Beffroi à 20h - Diffusion de la cérémonie de clôture des JO -
    Entrée libre

Place Émile Cresp

Samedi 27 juillet

  • Cross training et workout par L’Orange bleue. De 10h à 13h – Accès libre
  • Badminton animé par les éducateurs sportifs de la Ville
  • Atelier VR (réalité virtuelle) animé par VR Académie
    Stand maquillage animé par l’association Montrouge Commerces De 14h à 20h - Accès libre

Vendredi 2 et samedi 3 août De 14h à 20h - Accès libre

  • Badminton animé par les éducateurs sportifs de la Ville
  • Mur d’escalade animé par Escal’grimp
  • Stand maquillage animé par l’association Montrouge Commerces

Du dimanche 4 au mardi 6 août - De 14h à 20h - Accès libre

  • Circuit de pumptrack animé par Bike Art

Samedi 10 août

  • Sport de glisse (rollers) animé par l’association Les Flaneurz

Place de l'Aquapol

Du vendredi 26 juillet au dimanche 11 août

  • Diffusion des épreuves par le restaurant Titi Touareg
    Aux horaires d’ouverture du restaurant

Du lundi 29 juillet au vendredi 2 août - De 14h à 20h - Accès libre

  • Tir à l’arc animé par les éducateurs sportifs de la Ville

Samedi 3 et dimanche 4 août - De 14h à 20h - Accès libre

  • Boxe (ring gonflable) animée par les éducateurs sportifs de la Ville

Du lundi 5 au vendredi 9 août - De 14h à 20h - Accès libre

  • Tir à l’arc animé par les éducateurs sportifs de la Ville

Samedi 10 août - De 14h à 20h - Accès libre

  • Tournoi de basketball animé par les éducateurs sportifs de la Ville - Au plateau de la Solidarité

Tir à l’arc animé par les éducateurs de la Ville

Au beffroi

Du 26 juillet au 11 août de 14h à 20h

  • Bar-glacier
  • Diffusion de épreuves sur écrans

  • Baby-foot et Tennis de Table

Vendredi 9 août - De 15h à 20h

Dimanche 11 août - À 20h - Accès libre

  • Projection de la cérémonie de clôture

Parc Jean-Loup Metton - Allées Jean Jaurès

Vendredi 26 juillet

  • Animations sportives - De 18h à 22h30
    Tir à l’arc, molki, bowling, mini-golf, tennis de table animés par les éducateurs sportifs de la Ville.
    Stand maquillage animé par la Ville

  • Projection de la cérémonie d’ouverture sur écran géant - De 19h30 à 22h30 - Accès libre

Samedi 27 juillet - De 14h à 20h

  • Tournoi de pétanque animé par le Stade Multisports de Montrouge - Inscriptions sur place
  • Tennis de table animé par les éducateurs sportifs de la Ville - Accès libre
  • Beach-volley animé par les éducateurs sportifs de la Ville et le Stade Multisports de Montrouge

Dimanche 28 juillet - De 9h30 à 12h30

  • Les Dimanches sportifs animés par les éducateurs sportifs de la Ville

Du lundi 29 juillet au dimanche 11 août - De 14h à 20h - Samedi et dimanches 3 et 4 août et 10 et 11 août de 15h à 21h

  • Volley-ball, pétanque et tennis de table

Cercle Athlétique de Montrouge

Du vendredi 26 juillet au dimanche 11 août

  • Diffusion des épreuves sur écran géant par le nouveau restaurant La Table du CAM
    Aux horaires des épreuves des JO
    Entrée libre

Samedi 27 juillet - De 10h30 à 13h - Accès libre

  • Circuit training / workout animé par Les enfants de la Barre

Du lundi 29 juillet au vendredi 2 août et du lundi 5 août au vendredi 9 août - De 14h à 20h - Accès libre

  • Initiations volleyball et badminton animées par les éducateurs sportifs de la Ville

Samedi 3 août - De 10h à 13h - Accès libre

  • Cross training et workout animés par L’Orange bleue

Du lundi 5 au vendredi 9 août - De 14h à 20h - Accès libre

  • Initiations volleyball et badminton animées par les éducateurs sportifs de la Ville

La parole à nos champions !

Vous les connaissez déjà pour la plupart, ils font l’histoire ou l’actualité du sport montrougien. Dans la dernière ligne droite avant les Jeux Olympiques et Paralympiques (JOP) de Paris 2024, nos athlètes locaux sont dans les starting-blocks, prêts à participer ou à suivre avec attention la plus grande compétition sportive au monde. On leur donne la parole pour nous raconter leurs plus beaux souvenirs d’Olympiades,nous livrer les secrets de leur préparation aux JOP ou nous présenter leurs sports… olympiques bien sûr !

Une Kiki très... olympique

Christine Caron, alias « Kiki », vous la connaissez ? C’est bien sûr notre médaillée olympique montrougienne aux JO de Tokyo en 1964 ! Et c’est aussi grâce à son exploit au Japon que Montrouge a été dotée d’une piscine en 1966, devenue Aquapol, tout juste rénové en 2023. La championne de natation se remémore : « En 1964, j’avais 16 ans et le record du monde du 100 m dos en poche avant d’aborder les Jeux en favorite, soutenue par Suzanne Berlioux, mon mentor. La finale olympique était très serrée, l’Américaine Cathy Ferguson m’a devancé d’un centième et j’ai décroché la médaille d’argent. C’était une expérience incroyable pour la jeune fille de Français moyens que j’étais. À mon retour à Montrouge, c’était le délire, mon portrait était partout ». Quatre ans plus tard, à Mexico, « Kiki » fut aussi la première femme porte-drapeau de la délégation française. Sacré destin !

Marc Dansou… vague olympique

De Tokyo 1964 à Tokyo 2020*, il n’y a qu’un petit plongeon… dans le bassin olympique ! Et c’est un autre Montrougien qui a pris la relève de « Kiki » Caron, le nageur du Stade Multisports de Montrouge (SMM) Marc Dansou. Le spécialiste des courtes distances (50 et 100 m), à la silhouette bien dessinée, a lui aussi vécu son rêve olympique, même s’il n’a pas décroché de médaille. « J’ai connu une expérience inédite lors d’une olympiade marquée par la crise sanitaire. Nous étions privés de spectateurs et cantonnés au village olympique. Mais c’était formidable d’y croiser des champions comme Teddy Riner, Novak Djokovic, Simone Biles ou encore le nageur français Mehdi Metella. Je suis aussi fier d’avoir porté les couleurs du Bénin aux JO ! », confie le nageur du SMM qui enchaîne les longueurs à l’Aquapol.

* Les JO de 2020 se sont déroulés à l’été 2021 en raison de la crise sanitaire mondiale liée au Covid.

Agata, le service gagnant !

C’est l’une des joueuses les plus prometteuses du tennis montrougien ! Elue meilleure sportive de la ville en 2023, Agata Budnik, 16 ans, rêve de devenir joueuse professionnelle et de disputer à l’avenir les Grands Chelems et les JO. Montrougienne depuis toute petite, elle s’est beaucoup inspirée de sa grande soeur qui l’a poussée à se lancer dans le tennis dès ses 5 ans. D’abord licenciée au CAM, elle s’est ensuite engagée au SMTC où elle a rencontré son coach Thierno Li avec qui elle s’est énormément entraînée ; ce qui lui a permis de progresser et de disputer des tournois en doubles à Dakar et Abidjan où elle a obtenu d’excellents résultats (1 victoire et 2 demi-finales à Abidjan et 1 victoire à Dakar). Début 2023, elle a également atteint la finale en double à Lyon. Agata, véritable passionnée de sa discipline, est scolarisée dans un lycée aux horaires aménagés compatibles avec ses entraînements. Elle compte bien se consacrer entièrement au tennis le bac en poche. Une jeune sportive qui pourrait bien mettre la ville à l’honneur lors des prochaines années !

Céline Boutier, la golfeuse qui fait son trou

Son nom est de plus en plus connu dans le monde du sport et, à l’approche des Jeux, cette championne de golf est l’une des plus grandes chances françaises de médailles. Et vous savez quoi ? Céline Boutier, aujourd’hui expatriée aux États-Unis, est originaire de… Montrouge ! Celui qui en parle le mieux, c’est Leonardo Fasciana, président du Golf Swing Montrouge : « Je l’ai connue quand elle avait 10 ans. Son père tenait un garage à Montrouge. C’est une gagnante, une bosseuse. Céline a coutume de dire qu’elle n’a pas de talent, mais qu’elle travaille dur. Elle est lucide et a privilégié son diplôme à l’université de Duke aux États-Unis avant de se concentrer sur sa carrière sportive ». À 30 ans, Céline Boutier est la troisième meilleure joueuse au monde et a remporté à l’été 2023 le « Master » d’Évian, le « Roland Garros du golf ». Son regard est désormais tourné sur l’épreuve olympique du 10 août !

Avec Samy, le fun du breakdance !

Du Bronx des années 1970 jusqu’à la place de la Concorde à l’été 2024, c’est la formidable trajectoire du breakdance, l’une des quatre nouvelles disciplines inscrites au programme des Jeux de Paris. On s’est adressé à notre référence locale, Samy Vongphrachanh, le jeune professeur de breakdance à l’Espace Colucci, pour nous éclairer sur ce tout nouveau sport olympique. « Le breakdance est une discipline spectaculaire qui va régaler le public des JO. Il s’agit d’une danse au sol très acrobatique. Les « coupoles », « six-steps » ou encore « freezes » sont des figures complexes que les athlètes enchaînent tout en improvisant sur le son d’un DJ. Aux Jeux de Paris, les « breakdancers » s’affronteront en un contre un lors de « battles ». Ce sera un formidable coup de projecteur sur la discipline ». Alors, accrochez-vous, ça va déménager !

Merwan Zeghdane, passionné de foot… olympique !

C’est l’une des pépites du football montrougien. Il va quitter le Montrouge Football Club (MFC) la saison prochaine pour rejoindre le club professionnel du Clermont Foot. Avant de faire ses valises pour les volcans d’Auvergne et entre deux épreuves du Bac, le Montrougien Merwan Zeghdane, élève au lycée Maurice Genevoix et défenseur sur les terrains de football, nous parle de son sport… olympique ! « Dans le monde du football, la coupe du monde revêt plus d’importance que les Jeux, mais il s’agit tout de même d’une compétition internationale que tout joueur de football rêve de jouer et de gagner ! Cet été, je serai le premier supporter de l’équipe de France olympique coachée par le champion du monde Thierry Henry. » À l’Euro comme aux JO, le ballon rond fait tourner les têtes !

Timothée Clément , fer de lance du hockey

Il est le mieux placé de nos joueurs de hockey sur gazon « made in Montrouge » pour faire partie, le 5 juillet, de la liste officielle de l’équipe de France qui disputera les JO. En attendant le verdict, Timothée Clément, attaquant de La Gantoise en Belgique (et de nouveau joueur du Cercle Athlétique de Montrouge la saison prochaine), nous dévoile les coulisses de la préparation des Bleus… « C’est intensif avec quatre entraînements par jour concentrés sur trois jours, accompagnés de séances de musculation et de soins de kinésithérapie. Nous avons effectué en juin un stage de cinq jours à Salon de Provence pour renforcer la cohésion d’équipe, avant d’enchaîner plusieurs matchs de préparation. On vise un quart de finale et peut-être une médaille ! ». Le rêve olympique pour les hockeyeurs français qui n’ont plus goûté aux Jeux depuis Munich 1972…

Nicolas Sarrazin, ‘‘partner’’ particulier…

Nicolas Sarrazin, 33 ans, vous l’avez peutêtre déjà rencontré au Cercle Athlétique de Montrouge où il officie comme moniteur de tennis auprès des jeunes et des adultes depuis 2019. Montrouge et le CAM, il ne les a pas quittés depuis ses 9 ans tellement il les aime ! Ce qui ne l’a jamais empêché de se lancer des défis et de toujours sortir de sa zone de confort. « Stéphane Houdet cherchait un sparring partner, je connaissais le palmarès qui a fait sa notoriété dans la discipline du tennis fauteuil et j’ai tout de suite pensé que ce serait une superbe aventure d’être son partenaire d’entraînement ! » confie Nicolas. Et effectivement ça a « jeu set et matché » entre Nicolas et Stéphane. Depuis plus de trois ans, Nicolas l’accompagne dans la préparation plus globale des grands chelems et compétitions. Une aventure passionnante qui les mène cette année tous les deux aux JOP 2024 où Stéphane Houdet est une nouvelle fois sélectionné. « C’est une super aventure pour laquelle nous ne comptons pas nos heures » poursuit Nicolas pour qui désormais croiser Nadal, Sinner et les autres joueurs connus dans les vestiaires « est presque la routine ! ». Eh oui, il y a des chanceux dans la vie.