Concours d’écriture de la nouvelle fantastique et policière

Mobilisez votre imagination en participant au Concours d’écriture de la nouvelle fantastique et policière

Résultats du concours 2017-2018

Découvrez les lauréats du concours d'écriture de la nouvelle fantastique ou policière 2018.

Genre

Catégorie

Classement

Lauréat

Titre

POLICIER

10-13

1

SEGALAT Manon

Une sensationnelle ascension

POLICIER

10-13

2

ORACIO Gilles

L’affaire Flic

POLICIER

10-13

3

JAN Raphaël

L’affaire Eléonore

POLICIER

14-17

1

MICHAUD Alexandre

Le choix

POLICIER

14-17

2

MOURLEVAT Priscilia

Goutte après goutte

POLICIER

14-17

3

CHALMIN Azélie

Malmignatte

POLICIER

+18

1

PIROTTON Pierre

Si la photo est bonne

POLICIER

+18

2

FELIX Marc

Essayer d’être heureux

POLICIER

+18

3

THIERS Cyrille

Le sapin de Noëlle

FANTASTIQUE

10-13

1

NICOLAS Laure

Lueur d’espoir

FANTASTIQUE

10-13

2

ADJAS Ryan

Mais qui lit qui ?

FANTASTIQUE

10-13

3

RAISON de CLEUZIO Jacques

Le soleil de la guerre

FANTASTIQUE

14-17

1

DELOUIS Maelys

Le métropolitain

FANTASTIQUE

14-17

2

CALLIES Constance

Le silence est d’or

FANTASTIQUE

14-17

3

CANVA Léna

Saturation : une dernière exaltation

FANTASTIQUE

+18

1

RIVET Philippe

Lost in blue

FANTASTIQUE

+18

2

DREUX Olivier

Lavomatic express

FANTASTIQUE

+18

2 ex - aequo

FREGNAC Rémi

Chirinda

FANTASTIQUE

+18

3

DORANGE Alexis

Attention à la fermeture des portes

FANTASTIQUE

+18

3 ex-aequo

BRAVO Emeline

Ceux qui se souviennent

Hubert Haddad, Président du jury

© Nemo Perier Stefanovitch

Hubert Haddad, Président du concours de la nouvelle fantastique et policière

Artiste aux multiples facettes, Hubert Haddad est né à Tunis en 1947. Quelques années plus tard, la famille émigrera en France où le petit garçon connaîtra un Paris populaire. À l’adolescence, il se passionne pour la poésie surréaliste. C’est le tournant qui marquera son entrée en littérature. Tour à tour romancier, peintre, essayiste, dramaturge, nouvelliste, Hubert Haddad s’attache à l’exploration d’un imaginaire foisonnant. Artiste engagé, il s’est longtemps consacré à l’animation d’ateliers d’écriture dans les écoles, les hôpitaux, les prisons. En 2014, il reçoit le « Prix Mallarmé » pour « La verseuse du matin ».

Hubert Haddad témoigne

La nouvelle sert au plus juste la fiction en écartant digressions et tergiversations en tous genres. « L’essence de la nouvelle, comme genre littéraire – avançait de son côté Gilles Deleuze – n’est pas difficile à déterminer : il y a nouvelle lorsque tout est organisé autour de la question : Qu’est-ce qui s’est passé ? Qu’est-ce qui a bien pu se passer ? » On commence donc par poser un mystère. On l’amplifie pour le faire durer. On parvient au point ultime d’énigme. Il est temps de trouver l’issue… La nouvelle est toujours quelque peu policière ou métaphysique. C’est un art martial solitaire dont l’enjeu est de laisser croire à l’adversaire. On peut mettre une vie à l’écrire, comme pour apprendre à faire claquer un fouet. Chacune demande qu’on lui sacrifie un roman. Quant aux sujets, ils abondent comme les feuilles de mûrier et les vers à soie. Tout l’art est d’en tirer le fil. »