Festival du film social

Cinéma / Projection
Du 05 octobre 2021 au 07 octobre 2021

Ajouter à mon agenda

Espace Michel Colucci

88 rue racine
92120 MONTROUGE

Comment s'y rendre ?

Animation pour tous.
EN PARTENARIAT AVEC L’ASSOCIATION LA 25e HEURE

Au travers de documentaires, fictions, animations, le festival du film social veut montrer la réalité des situations vécues par les personnes en difficultés et du travail social. Le Cinémontrouge diffusera les 22 films en compétition, en matinée et en début d’après-midi. Les projections seront suivies d’un débat avec des professionnels ou le réalisateur.

+ Infos

Programme :

--------------------------- MARDI 5 OCTOBRE ---------------------------

9h-9h30 : Accueil des spectateurs

9h30-10h45 : 2 Projections :

- Femme de méninges => Film documentaire de Guillaume Estivie – 52′- 2020. L'aventure improbable d'un collectif de femmes de ménage engagées dans un projet théâtral autour de l'immigration, l'exil et l’invisibilité sociale. Au fil des ateliers et des répétitions où elles jouent leur propre rôle et se confient sur leurs parcours, six mois pour brûler les planches, revendiquer la fierté de leur métier et faire un grand remue-ménage dans nos idées reçues….

- L'effort commercial => Court-métrage de Sarah Arnold – 17′- 2020. Pour un emploi saisonnier, Léa prend ses fonctions de caissière dans une grande enseigne de supermarché. Dans un décor vide et aseptisé, la violence du travail se confond avec celle du monde d’aujourd’hui.

10h45-11h : Débat sur les 2 projections.

11h-12h15 : Projection : Petit Samedi => Film documentaire de Paloma Sermon-Daï – 75′- 2020. Damien Samedi a 43 ans. Quand il était enfant, dans son village wallon en bord de Meuse, on l’appelait le "Petit Samedi". Pour sa mère Ysma, Damien est toujours son gamin, celui qu’elle n’a jamais abandonné lorsqu’il est tombé dans la drogue. Un fils qui a, malgré tout, cherché à protéger sa mère. Un homme qui tente de se libérer de ses addictions et qui fait face à son histoire pour s’en sortir.

12h15-12h30 : Débat sur le film.

***********************************

13h30-13h45 : Accueil des spectateurs

13h45-15h20 : Projection : Monsieur Deligny, vagabond efficace => Film documentaire de Richard Copans – 95′- 2020. La vie de Fernand Deligny, éducateur célèbre, et son désir de cinéma croisent l’accueil d’enfants autistes. De l’hôpital d’Armentières en 1940 au hameau de Graniers, Deligny invente des lieux de vie qui permettent aux enfants et adolescents d’échapper à l’enfermement. Il crée du collectif et du réseau, et invente un atelier permanent de recherche sur ce qui fait l’humain au–delà du langage.

15h20-15h40 : Débat sur le film.

15h40-16h25 : 2 Projections :

- Finale => Court-métrage de Stéphan Castang – 26′- 2020. Le 15 juillet 2018, c’est la finale de coupe du monde. Un groupe de vieux suit le match dans une maison de retraite. Pendant que la France se bat contre la Croatie, Chantal, François et Jean-Pierre vont vivre leurs derniers amours.

- J'arrive => Court-métrage de Bertrand Basset – 15′- 2020. Ce matin, Mamie est morte. Après 65 ans de mariage, Hubert se retrouve seul pour la première fois, fatigué et diminué. Ce satané rouleau de PQ est décidément toujours un peu trop loin. Léonie, sa petite-fille arrive pour l’aider. Oppressés par les adultes qui s’affairent bruyamment, la meilleure idée est peut-être d’ouvrir un whisky hors d’âge.

16h25-16h40 : Débat sur les 2 projections.

--------------------------- MERCREDI 6 OCTOBRE ---------------------------

9h-9h30 : Accueil des spectateurs

9h30-10h40 : 2 Projections :

- Un chez soi d'abord => Film documentaire d'Aubin Hellot – 52′- 2020. Dans le Grand Lille, d’anciens SDF atteint de maladies mentales suivent le programme Un Chez Soi D’abord, qui part du principe qu’il y a plus de bénéfice à loger des SDF qu’à les laisser dans la rue. Accompagnés par des membres de l’association Abej, trois d’entre eux nous ouvrent la porte de leur appartement. A travers plusieurs parcours, on découvre l’étendue du projet et ses résultats étonnant sur les populations les plus marginalisées. L’Etat annonce sa volonté de généraliser l’expérience, mais s’en donnera t’il les moyens ?

- A la mer poussière => Court-métrage de Héloïse Ferlay – 13′- 2020. Livrés à eux-mêmes dans le profond de l'été, Malo et Zoé tentent vaille que vaille d'attirer le regard fuyant de leur maman.

10h40-10h55 : Débat sur les 2 projections.

10h55-12h25 : Projection : Punks => Film documentaire de Maasja Ooms – 92′- 2019. Quatre jeunes délinquants néerlandais sont placés dans une ferme isolée de la campagne française sous la direction d'une éducatrice, Petra, comme ultime recours à l'enfermement dans un centre de détention pour mineurs. Ils s’occupent de travaux de rénovation, veillent sur le poulailler, étudient et, surtout, doivent apprendre à vivre ensemble selon des règles précises et à réfléchir à leurs actes, présents et passés. Après quelque temps, l'arrivée d'une jeune fille accroît les tensions au sein du groupe. La réalisatrice néerlandaise Maasja Ooms s'est immergée dans cette petite communauté de hasard, témoignant au plus près, mais à juste distance, de la manière dont trois des garçons, Mitchel, Mike et Jahlano, tentent d'échapper à leur colère intérieure et à la tentation perpétuelle de la fuite, face à leur éducatrice, étonnant mélange de rigueur et de compréhension.

12h25-12h40 : Débat sur le film.

***********************************

13h30-13h45 : Accueil des spectateurs

13h45-14h45 : 2 Projections :

- On achève bien les gros => Documentaire de Gabrielle Deydier, Laurent Follea et Valentine Oberti – 52′- 2019. Obèse depuis l’adolescence, l’auteure Gabrielle Deydier revient sur son histoire et s’élève contre la grossophobie à l’oeuvre dans notre société. Une ode à l’acceptation de soi, contre la tyrannie des normes.

- La compréhension d'argile => Court-métrage d'Etienne Husson & Azul Paola Meza – 5′- 2020. Dans un monde contraint au confinement, une jeune femme s’interroge sur le mal être de ceux que l’on disait équilibrés, et qui pourtant, se retrouvent démunis dans une société bouleversée. Comme par effet de miroir, cette étrange situation où évoluent ces étranges individus l’amène à réfléchir sur sa propre condition : sur son existence, sur ses fragilités et sur sa sensation de n’avoir de toute façon jamais été à la hauteur. De ce repli sur soi, entre les larmes et la crasse, émerge une théorie : « La compréhension de l’argile ».

14h45-15h : Débat sur les 2 projections.

15h-16h30 : 2 Projections :

- Fils de Garches => Documentaire de Rémi Gendarme-Cerquetti – 86′- 2020. "Dans les années 80, ceux qui me voyaient pouvaient se dire "cet enfant handicapé tellement mignon, il ne va pas vivre bien longtemps". Alors il fallait aller à Garches. Là-bas, on soignait, on soignait… on réparait. On mettait droit et c’était dur. Je pars à la recherche des anciens enfants qui, comme moi, se rendaient là-bas pour se faire redresser. Ensemble nous plongeons dans les souvenirs de longs moments passés l’hôpital de Garches : à peu prés tous les soignants nous faisaient mal pour notre bien. Entre ces rencontres, mes déambulations dans Garches et ma confrontation avec d’anciens médecins, je tente de créer une "communauté de souvenirs"."

- Alcool mon amour => Film d'animation de Romane Millet– 4′- 2020. Du premier verre aux abysses de l’addiction, l’Alcool raconte son histoire d’amour destructrice

--------------------------- JEUDI 7 OCTOBRE ---------------------------

9h-9h30 : Accueil des spectateurs

9h30-10h35 : 2 Projections :

- The van => Film documentaire de Erenik Beqiri – 15′- 2019. Le Van s’arrête, les portes s’ouvrent, et le Fils en sort vivant. Encore quelques combats, et il pourra payer son passage hors de l’Albanie. Il espère toujours que son Père partira avec lui.

- Le sous-sol de nos démons => Documentaire de Fanny Fontan – 52′- 2020. À l’hôpital ou en prison, Magali et Mathieu écoutent les récits de pédophiles. Cette psychologue et ce psychiatre reçoivent ceux que la société voudrait rendre invisibles. Ils se battent pour que les mots et l’écoute désamorcent le passage à l’acte. Groupes de parole et formations des soignants identifient nos démons pour mieux nous en protéger.

10h40-11h : Débat sur les 2 projections.

11h-12h10 : 2 Projections :

- Ce dont nous sommes faits => Court-métrage de Sami Lorentz & Audrey Espinasse – 8′- 2019. Lever de rideau sur la maîtrise Radio France. Au cœur du temple de l’enseignement musical, toute l’exigence d’un chœur au travail à l’occasion des répétitions à Bondy de l’opéra Du chœur à l’ouvrage de Benjamin Dupé.

- Pour ne pas les oublier => Documentaire de Nicolas Ducrot – 60′- 2021. Les membres du collectif "Les Morts de la rue" récoltent des bribes de vie sur les invisibles, sans domicile fixe, précaires et isolées, qui bien souvent meurent seules, à la rue ou chez elles, dans l'indifférence. Avec ces morceaux de vie, ils tricotent des textes pour accompagner en mémoire ceux que la vie n'a pas épargnés, pour ne pas les oublier. Ce documentaire raconte à travers la voix et le regard de deux jeunes, Nina et Dorian, qui effectuent leur service civique au sein du collectif, le travail de cette association parisienne. Depuis 18 ans, Cécile et Christelle entourées de bénévoles récoltent des informations précieuses sur la vie et la mort dans la rue.

12h10-12h30 : Débat sur les 2 projections.

***********************************

13h30-13h45 : Accueil des spectateurs

13h45-15h25 : Projection : Que m'est-il permis d'espérer => Film de Vincent Gaullier & Raphaël Girardot –97′- 2019. Dans un camp humanitaire ouvert à Paris, Porte de la Chapelle, des réfugiés sont en transit. Quelques jours à peine d’humanité dans ce centre de « premier accueil ». Là, ils se reposent de la rue où ils ont échoué à leur arrivée en France après un voyage de plusieurs mois. Souvent de plusieurs années. Mais déjà, ils doivent affronter la Préfecture et entendre la froide sentence administrative.

15h25-15h40 : Débat

15h40-16h20 : 2 Projections :

- Esperança => Film de Cécile Rousset, Benjamin Serero & Jeanne Paturle – 6′- 2018. Esperança arrive tout juste d'Angola avec sa mère. À la gare d'Amiens, elles ne savent pas où dormir et cherchent quelqu'un qui pourrait les aider.

- Son of the streets => Film de Mohammed Almughanni - 32′- 2020. Un jeune Palestinien, né dans un camp de réfugiés au Liban, n’arrive pas à obtenir une carte d’identité prouvant son existence.

16h20-16h35 : Débat sur les 2 projections.

localiser