L'oeil du paysagiste

Michel Pena présente sa vision des Allées Jean Jaurès

Fertiliser les relations entre les Montrougiens

Paysagiste de renom, Michel Pena essaime les projets dans le monde entier, de la Chine à Moscou en passant par Nice ou Vincennes. Créateur des Allées Jean Jaurès à Montrouge, il nous révèle quelques points clefs du projet.

Comment avez-vous appréhendé le projet ?

La première des choses quand on élabore un tel projet, c’est de proposer une vision. Le périmètre du projet va de la place de la Mairie jusqu’à la place Jean Jaurès, nous l’avons resitué dans une logique de territoire avec l’arrivée de la ligne 15 du Grand Paris. Sur l’axe compris entre la nouvelle gare de Châtillon-Montrouge et la Mairie, et même au-delà jusqu’à la porte d’Orléans, les flux vont se modifier et les usages vont changer avec un renforcement des modes doux.
D’où l’idée d’y créer une grande promenade urbaine.

Quelles sont ses caractéristiques ?

Notre proposition est de faire basculer cet espace d’une logique de voirie à une logique de promenade verte. Nous avons vécu jusqu’à présent dans la mystique de la voiture, nous pensions que c’était cela qui faisait la vie. Mais non ! Ce qui fait la vie, ce sont les gens, les arbres, la biodiversité, un air respirable…

L’autre concept clef, c’est l’ouverture. Nous avons mis au point un concept novateur, le parc « ouvert fermé ». Nous essayons de concilier ces contraires. Nous voulons qu’il
y ait une continuité qui offrira à la fois de grands tapis verts ouverts et sécurisés, et un archipel de jardins clos.

Vous parlez de promenade "fertile", que voulez-vous dire ?

La fertilité, c’est celle de la terre, de la culture matérielle, mais surtout celle de l’imagination, des relations humaines. Nous voulons refertiliser les relations entre les gens, en leur permettant de sortir - pour aller cultiver un potager par exemple - mais surtout pour se rencontrer, s’ouvrir aux autres.

Comment cela se traduira-t-il dans le paysage ?

Sur la promenade, par exemple, nous retrouverons des arbres avec des frondaisons basses, des florifères, des essences variées qui vont redonner de la diversité et qui s’inscrivent pleinement dans cette idée de promenade fertile.

Quelle est votre ambition pour cette promenade ?

Le travail du paysagiste, c’est de faire en sorte que les choses se parlent entre elles, qu’elles fassent partie de la même histoire. Nous allons créer un grand paysage urbain qui raconte la même histoire de la place Jean Jaurès jusqu’à la place de la Mairie, pour mettre en cohérence tout ce qui aujourd’hui s’égrène le long de cet axe de manière hétérogène.

Par exemple, Montrouge possède un atout majeur avec ces trois objets architecturaux emblématiques et de styles très différents que sont le Beffroi, la Mairie, l’Église. Nous allons les mettre en scène sur une « place parc » homogène et harmonieuse.