Concours d’écriture de la nouvelle fantastique et policière

Mobilisez votre imagination en participant au Concours d’écriture de la nouvelle fantastique et policière

Téléchargez les ebooks des lauréats

Découvrez les nouvelles récompensées ! Cliquez sur l'image pour télécharger la nouvelle en PDF.

Résultats du concours 2018-2019

Découvrez les lauréats du concours d'écriture de la nouvelle fantastique ou policière 2019.

Genre

Catégorie

Classement

Lauréat

Titre

POLICIER

10-13

1

Astrid GUILLOTEAU

L'ombre d'un doute

POLICIER

10-13

2

Madeleine LEPRINCE

Insomniaque

POLICIER

10-13

3

Erwan BATALINE

Sang dessus dessous

POLICIER

14-17

1

Anh Mai STEPHAN

Ernest Pic et les trois jumeaux

POLICIER

14-17

2

Alexandre MICHAUD

Pour toujours

POLICIER

14-17

3

Priscilla MOURLEVAT

Le souvenir d'une vie

POLICIER

+18

1

Thibaut PENOT

Enquête de voisinage

POLICIER

+18

2

Annie PLATRET

Pressé d'en finir

POLICIER

+18

3

Dominique MEUNIER

Avenue de la paix

FANTASTIQUE

10-13

1

Séverine BOSQUET

Saphir

FANTASTIQUE

10-13

2

Prune CHEVALET

En petits caractères

FANTASTIQUE

10-13

3

Manon VILLOUTREIX

Thaïlande 1990

FANTASTIQUE

14-17

1

Clémence CARINCI

Jeu d’enfant

FANTASTIQUE

14-17

2

Ryan ADJAS

I Love Freedom

FANTASTIQUE

14-17

3

Constance CALLIES

Le crayon du temps

FANTASTIQUE

+18

1

Jean-Louis BILLARD

Concept

FANTASTIQUE

+18

2

Isabelle PAVIS

Le goût des cendres

FANTASTIQUE

+18

3

Manon COURBIN

Le chiffre rêvé

FANTASTIQUE

+18

3 ex-aequo

Laurent BOUVRY

le secret de la Sirène

Hubert Haddad, Président du jury

© Nemo Perier Stefanovitch

Hubert Haddad, Président du concours de la nouvelle fantastique et policière

Artiste aux multiples facettes, Hubert Haddad est né à Tunis en 1947. Quelques années plus tard, la famille émigrera en France où le petit garçon connaîtra un Paris populaire. À l’adolescence, il se passionne pour la poésie surréaliste. C’est le tournant qui marquera son entrée en littérature. Tour à tour romancier, peintre, essayiste, dramaturge, nouvelliste, Hubert Haddad s’attache à l’exploration d’un imaginaire foisonnant. Artiste engagé, il s’est longtemps consacré à l’animation d’ateliers d’écriture dans les écoles, les hôpitaux, les prisons. En 2014, il reçoit le « Prix Mallarmé » pour « La verseuse du matin ».

Hubert Haddad témoigne

La nouvelle sert au plus juste la fiction en écartant digressions et tergiversations en tous genres. « L’essence de la nouvelle, comme genre littéraire – avançait de son côté Gilles Deleuze – n’est pas difficile à déterminer : il y a nouvelle lorsque tout est organisé autour de la question : Qu’est-ce qui s’est passé ? Qu’est-ce qui a bien pu se passer ? » On commence donc par poser un mystère. On l’amplifie pour le faire durer. On parvient au point ultime d’énigme. Il est temps de trouver l’issue… La nouvelle est toujours quelque peu policière ou métaphysique. C’est un art martial solitaire dont l’enjeu est de laisser croire à l’adversaire. On peut mettre une vie à l’écrire, comme pour apprendre à faire claquer un fouet. Chacune demande qu’on lui sacrifie un roman. Quant aux sujets, ils abondent comme les feuilles de mûrier et les vers à soie. Tout l’art est d’en tirer le fil. »