Réunions de quartier

Un bilan, des projets, des échanges

Entouré de ses adjoints et des principaux responsables administratifs de la Ville, le Maire réunit très régulièrement les habitants, quartier par quartier. Les riverains reçoivent une invitation pour chaque réunion qui les concerne.

Après un rapide bilan des réalisations faites dans le quartier, les différents projets en cours et à venir sont présentés.

Ces réunions permettent également aux Montrougiens de dialoguer avec les élus et les services municipaux; un exemple de démocratie directe à l'échelle municipale.

Tour d'horizon des réunions 2018

Les quelque 600 habitants présents au fil des rendez-vous - du 12 mars au 3 avril 2018 - ont pu découvrir et discuter les nouveaux projets initiés par la Municipalité pour les 18 mois à venir. Aménagements de la voirie, plantations, réfection de squares, chaque quartier a connu des rafraîchissements profitables à tous. L’arrivée de 22 commerces en 2017 et l’annonce de 15 autres en 2018 a été saluée par des habitants conscients de l’importance du maintien des commerces de proximité dans toute la ville - et pas uniquement en hyper-centre - pour assurer le dynamisme et l’attractivité de chacun des quartiers.

Le partage de l’espace urbain au cœur des échanges

Montrouge compte 50 000 habitants pour 2km² de territoire. Le partage de cet espace restreint a été au cœur de nombreuses discussions. La nouvelle politique tarifaire de stationnement, la requalification de la RD920, les projets de végétalisation présentés par Etienne Lengereau, Maire de Montrouge, sont des éléments constitutifs de la recomposition du paysage urbain montrougien attendue par les habitants.

la mobilité sous toutes ses formes

Favoriser le développement du vélo à travers la création de pistes cyclables, assurer la sécurité et la tranquillité des piétons tout en maintenant la liberté offerte par les véhicules personnels et les surfaces d’espaces verts n’est pas tâche aisée. Ces attentes, toutes légitimes, cohabitent parfois difficilement et nécessitent des arbitrages.

Considérant que le stationnement constitue une forme d’occupation à usage privé de l’espace public, celui-ci est devenu payant dans toute la ville. Les Montrougiens venus pour en parler avec les élus ont pu découvrir les nouvelles modalités soumises au vote du 22 mars 2018.Cette décision, impopulaire auprès de ceux qui bénéficiaient jusqu’ici d’une quasi-gratuité du stationnement (quelques rues gratuites et très peu de verbalisation) vise à limiter le phénomène de voitures ventouses largement dénoncé lors des dernières balades urbaines par les habitants.
La place du vélo dans la ville et plus largement toutes les mobilités douces ont été abordées par les habitants souhaitant plus de pistes cyclables, de parkings à vélo. Un point sur la situation avec l’installation des vélib2 a par ailleurs été fait.
Les transports en commun se développent toujours à Montrouge. Les lourds travaux d’aujourd’hui conduiront demain à de nouveaux atouts pour Montrouge. Deux nouvelles « entrées de ville » verront le jour au sud avec la mise en service de la Ligne 15 du Grand Paris Express au niveau de la Gare Châtillon-Montrouge et l’ouverture de la station de la ligne 4 provisoirement baptisée « Verdun-sud ».Le Maire a rappelé l’importance de prévoir des aménagements attractifs et agréables aux abords de ces nouvelles stations afin d’assurer leur intégration dans le quartier. En attendant 2021 pour Verdun-Sud ou 2024 pour Châtillon-Montrouge, les riverains devront patienter et subir d’inévitables nuisances dues à des chantiers cette telle ampleur, à savoir bruit, poussière et circulation.

De nouvelles opportunités de végétaliser nos rues

Le Maire a exposé une nouvelle fois les deux projets qui tiennent particulièrement à cœur la Municipalité en matière de végétalisation : les allées Jean-Jaurès qui relient trois projets d’aménagement et l’agriculture urbaine qui ouvre la voie des circuits courts et du mieux-manger à Montrouge en partenariat avec Agroparitech qui recense actuellement tous les espaces cultivables par les habitants sous l’œil expert d’un agriculteur urbain.

Dans les quartiers, en bref

Portes de Montrouge

Suite aux remarques sur la propreté et les incivilités, la Ville se dotera d’une vingtaine de distributeurs supplémentaires, de sacs pour les déjections canines. Il est possible de dresser des procès-verbaux à condition d'avoir des effectifs suffisants de policiers municipaux. Une campagne de sensibilisation pour inciter les propriétaires de chiens à être plus civiques sera probablement lancée à l'initiative du comité de quartier, très engagé sur ce sujet. Une application mobile est prévue d’ici 2019 pour signaler les incivilités, dépôts sauvages, tags, etc. aux services concernés. Malgré un niveau de service élevé de ramassage des encombrants (tous les lundis matins), la satisfaction n’est pas au rendez-vous. C’est pourquoi, le Maire propose d’étudier le système parisien de prise de rendez-vous par téléphone pour la gestion des collectes d’encombrants qui représente environ 160T par semaine.

Face aux inquiétudes de certains riverains proches du 89, rue G. Péri, le Maire a confirmé la construction d’un immeuble de 33 000 m² de bureaux par un promoteur privé à l'emplacement de l'ancienne usine Lion Noir. Il comprend également une part de logements. Le permis de construire répond aux règles édictées par le Plan Local d'Urbanisme. La Ville veille néanmoins au bon déroulement du chantier.

Jean-Jaurès

Le Maire a été particulièrement attentif aux remarques faites par les riverains concernant les aménagements attendus dans le cadre du projet des allées Jean-Jaurès. Cette nouvelle "utilisation" de l’espace par les habitants devrait également contribuer, en plus de mesure de surveillance de la voie publique, à décourager les incivilités commises par les jeunes gens connus du quartier. La restructuration du rond-point sera l’occasion de revoir la localisation de l’arrêt de bus 68 qui génère des problèmes de circulation.
Une recrudescence des vélos épaves accrochés sur le mobilier urbain a été signalée. Une campagne d’enlèvement a été mise en place en avril. Après un message d’alerte invitant le propriétaire à retirer son bien sous une dizaine de jour, les vélos abandonnés seront décrochés et cédés à une association chargée de les récupérer pour les recycler.

Plein sud

Même si la sécurité relève de la Police nationale qui intervient ponctuellement – deux arrestations ont eu lieu dans le quartier début 2018 - la Ville ne se résigne pas face aux problèmes aux abords de la banque, du parking Messier et du parc. La nouvelle politique de tranquillité publique devrait assurer une meilleure présence sur le terrain pour dissuader les trafics, les dépôts sauvages de toute sorte, etc. et accroître la capacité à verbaliser les stationnements gênants ou les propriétaires « indélicats » de chiens. Le recrutement d’une vingtaine d’agents et la création d’un centre de surveillance urbaine dans le nouvel hôtel de police installé d'ici 2019 dans les anciens locaux de la sécurité sociale devraient permettre une vigilance accrue. Les bailleurs sociaux, la Police nationale et municipale travaillent en concertation.
Les Montrougiens ont remercié les services pour la réfection, très appréciée, de la rue Maurice Arnoux. Cependant, la piste cyclable reste difficile à utiliser à cause des bus ou des voitures qui stationnent. C’est pourquoi des potelets seront à nouveau installés sur le trottoir.
Des riverains de la Rue du Poitou s’inquiètent de la hausse des flux de circulations dans leur rue. En effet, le mauvais état des carrières fragilise leurs maisons. Un panneau interdisant les poids-lourds, un dispositif de ralentissement (dos d’âne ou chicanes de bacs à fleurs, etc.) devraient être mis en place.

Ferry-Buffalo

La Ville ne peut raisonnablement pas engager la réfection de l’avenue Henri Ginoux tant que les travaux du métro et les constructions immobilières se poursuivent. En attendant la programmation de cette réfection, plusieurs interventions sur la voirie et les trottoirs seront effectuées cette année comme dans la rue Carvès qui a, en plus, souffert des épisodes de gels hivernaux. Une réflexion pour réaliser des travaux dans les rues aux chaussées les plus dégradées comme la rue Corneille sera menée pour 2019 par priorité en fonction des contraintes budgétaires.

Face aux volumes d’encombrants et de sapins jetés hors des enclos prévus à cet effet, de pots de peinture et autres gravats des entreprises du bâtiment, seules la sensibilisation et la répression peuvent apporter des solutions plus durables . Cinq personnes du Comité de quartier travaillent sur le sujet pour améliorer la propreté du quartier aux côtés des services municipaux.

Contrairement aux impressions, le Montbus est fréquenté par 60 000 usagers par an. Il est actuellement géré par le Territoire de Vallée Sud Grand Paris et un nouveau cahier des charges insistant sur l’information voyageurs et les abris-bus est en cours de rédaction.

La station vélib’ rue Carvès ne sera pas réinstallée par Smoovengo qui l’estime non-rentable. Montrouge s’est battu pour maintenir ce service de partage de vélos malgré son coût. Une station Velib’ nouvelle formule (contrairement aux Velib’ Decaux) coûtera désormais 20.000€ par station, donc 240 000 euros par an à la commune.