Des potagers urbains sur les toits du beffroi et de la médiathèque

Comment végétaliser un petit territoire qui ne dispose que de très peu de surface au sol disponible ? En cultivant sur les toits !

Comment végétaliser un petit territoire - Montrouge fait seulement 2 km² - qui ne dispose que de très peu de surface au sol disponible ?
En cultivant sur les toits ! Montrouge va en faire l’expérience sur les terrasses du Beffroi et de la Médiathèque grâce à un spécialiste, Topager.
Des espaces qui seront accessibles à tous les Montrougiens.

« Brooklyn Grange » à New York, « Le Jardin suspendu » dans le 15e arrondissement, « La Perruche » sur les toits du Printemps de l’Homme à Paris, « Le Perchoir » au sommet du BHV dans le Marais… Les toits végétalisés et conviviaux fleurissent un peu partout dans les villes.

Dans cette lignée, Montrouge va réaménager les 450 m² de la terrasse du Beffroi et les 260 m² du toit de la Médiathèque pour les transformer en jardins urbains et en lieux de rencontre. Pour ce faire, elle s’est adjointe les services d’un expert, l’entreprise Topager, qui a déjà investi plusieurs sites, dont le célèbre toit de l’opéra Bastille, où se cultivent courgettes, concombres, persil, et bien d’autres légumes et aromates sur 2 500 m² . « L’idée est d’aménager des planches de cultures afin de créer un écosystème au coeur de la ville », confie Nicolas Bel, expert en agriculture urbaine et fondateur associé de Topager, en charge de la conception et de l’entretien du projet à Montrouge.

Les bienfaits rendus par les potagers urbains

« Végétaliser une toiture comporte de nombreux avantages, notamment rafraîchir l’environnement urbain pendant les périodes de canicule. En effet, la végétation va apporter de l’ombre aux dalles de la terrasse qui réfléchissent habituellement la chaleur. L’évaporation de l’eau des plantes va également répandre de l’humidité et rafraîchir l’atmosphère », poursuit Nicolas Bel.

« Un toit végétalisé est aussi un refuge de biodiversité : il permet d’accueillir les oiseaux ainsi que les pollinisateurs. Nous avons choisi avec le service des espaces verts de la Ville des essences qui rempliront pleinement cet objectif ».

Un rooftop convivial et comestible au Beffroi

Prochainement, les Montrougiens auront donc accès à la terrasse du Beffroi. Ils y trouveront d’un côté un espace de rencontre végétalisé où chacun pourra profiter de la vue surplombante et, de l’autre, un espace dédié à l’agriculture urbaine. Différentes planches de cultures y seront installées sur 82 m². La production agricole y sera modeste mais qualitative.

« Il s’agit de cultiver des produits fragiles, tels que des plantes aromatiques (persil…), de la salade en saison fraîche (octobre-avril), des potimarrons et des fraises en saison chaude (mai-septembre) par exemple », explique Nicolas Bel.

Une pépinière dont les plants seront destinés au maraîchage et aux jardins publics, prendra également place.

Un toit propice à la détente et à la pédagogie autour de la biodiversité à la médiathèque

Côté Médiathèque, le projet est de permettre aux Montrougiens de profiter de la terrasse ensoleillée.
Cette dernière a été imaginée comme un parcours biodiversité pédagogique et détente avec des pas japonais, des massifs aromatiques (51 m²), des massifs fleuris (88 m²), des nichoirs pour les oiseaux, des végétaux dans des bacs hauts… Un univers propice à la lecture en plein air, à la participation à des ateliers, à la découverte de parcours olfactifs, visuels et tactiles autour de la végétalisation, aux chasses aux trésors autour des pollinisateurs…

Et pourquoi ne pas créer un bar à tisanes « maison » grâce aux plantes aromatiques cultivées sur les toits (agastache anisée, livèche, hysope, menthe…) ? Les Montrougiens bénévoles pourront participer à des animations pédagogiques.

Voir l'image en grand