Dans les coulisses du Centaure bleu

Culture

Découvrez les coulisses du nouveau spectacle féérique de la compagnie Blin, Le Centaure bleu

À quelques semaines de la Première de leur nouveau spectacle de marionettes à fils, Le Centaure bleu, mercredi 15 février à 15h au Beffroi, Frédéric Blin et sa compagne nous ont ouvert les portes de la compagnie montrougienne qui fait rêver petits et grands depuis plus de 80 ans. Bienvenue dans les coulisses d’une création féérique conçue par d’exceptionnels artisans de l’ombre.

Voir l'image en grand

Le castelet est prêt, une belle scène de cinq mètres par trois installée en permanence dans la salle Blin du Beffroi. Les personnages et les décors sont placés dans l’ordre de passage en scène et en mains. Les lumières vont s’éteindre. Que le spectacle commence !
« On se demande toujours quelle va être la réaction du public car monter un spectacle, c’est beaucoup de temps et d’investissement humain et matériel. J’adore créer et jouer. Mais il ne suffit pas d’aimer le théâtre pour faire ce métier. Il faut le connaître et beaucoup travailler ».
Celui qui s’exprime ainsi est Frédéric Blin, petits-fils d’Andréa et fils de Lucienne et André. Trois amoureux du théâtre aujourd’hui disparus avec qui l’actuel directeur de la compagnie Blin a grandi, appris et joué. Unique en France, ce théâtre de marionnettes à fils offre depuis 1934 du rêve et du beau dans de nombreux pays. Une histoire riche de 35 spectacles et 4 000 marionnettes que Frédéric a commencée à 12 ans, en remplaçant sa maman un jour de 1959.

Voir l'image en grand

À l’atelier…

À 10 minutes de Montrouge, l’atelier est le coeur des créations pluriartistiques de la compagnie, un lieu de conservation et de répétition. Des étagères, des meubles à tiroirs, de larges plateaux couverts d’outils, de visages et de corps de poupées de croquis, de livres, de peintures et pinceaux, des caisses et des boîtes de stockage sur mesure.
« Créer un nouveau spectacle est une aventure où se mêlent toutes les envies et de nombreux savoir-faire familiaux, explique Frédéric Blin. Nous faisons tout nous-mêmes ».
Tout, c’est entre autres l’écriture, la découpe et la peinture des décors, la fabrication des marionnettes et des accessoires, les costumes, la pose des fils, la mise en scène, l’enregistrement des voix et de la musique, etc.
« La création du Centaure bleu a commencé en 2014. Six mois d’écriture ont été nécessaires pour donner naissance à cette pièce en deux actes et 13 scènes. »

Voir l'image en grand

Les décors et les marionnettes

« Il a fallu ensuite construire la partie visuelle des scènes », indique Frédéric Blin. Entre ses mains, défilent des dizaines de plans d’utilisation des décors d’intérieur et d’extérieur. Des décors en bois peints sur l’endroit et l’envers, enrichis de nombreux éléments aux détails travaillés.
Quant aux marionnettes, chaque spectacle a les siennes. Esthétiques et harmonieuses, ces oeuvres ne servent que pour le rôle pour lequel elles sont créées et sont parfois déclinées selon les actions et gestes prévus.
« Je confectionne tous les décors et les marionnettes à la main et suis aidé par Corine Farge et Mathieu Aubert pour la fabrication des poupées avant de personnaliser leur visage. Ma compagne crée les costumes », précise Frédéric Blin.

Voir l'image en grand

Les costumes

Changement de décor. Direction le lieu de vie familial à Montrouge. Les marionnettes sont partout. Sur la table, les chaises, aux boutons de commode.
Au sol, des boîtes remplies de velours, soie, cotonnade, breloques, fils et matériel de couture. Les costumes sont l’oeuvre de Sophie Bidault, femme souriante et discrète et doigts de fée de la compagnie depuis plus de 15 ans.
En plus d’être médecin échographe en cancérologie, elle crée toutes les tenues à la machine et à la main : « Environ trois jours de travail par marionnette », indique-t-elle. À partir des croquis de son compagnon, elle fait les patrons, découpe, coud, découd, fait des essayages et habille. Elle ajoute « certains personnages sont plus faciles que d’autres. Le roi du Centaure bleu est compliqué car il doit être un peu ridicule tout en gardant sa prestance. Je n’ai pas encore trouvé ce qui conviendrait le mieux ».
Sophie Bidault s’occupe aussi - entre autres - du montage de la bande son de chaque spectacle.

Voir l'image en grand

La musique, les voix, la bande son

C’est Michel Frantz (ancien directeur de la musique à la Comédie française) qui compose la bande son. Une collaboration qui dure depuis 1981. Il faut aussi enregistrer et monter les voix (personnages et voix off). Puis les répétitions commencent. Les manipulateurs ont quelques semaines pour donner vie et faire parler les marionnettes pour que le spectacle soit le plus réussi possible côté scène comme en coulisses, coordonné avec la bande son préenregistrée.
« Imaginez : jusqu’en 1958, cela n’existait pas ! Il fallait aussi apprendre le texte et jouer les personnages », rappelle Frédéric Blin.
« Mes parents, ma grand-mère ont été des collaborateurs formidables. Ils m’accompagnaient dans tout ce que je faisais. Aujourd’hui, avec Corine et Mathieu, nous sommes trois pour jouer et manipuler tous les personnages, faire les éclairages, changer les décors du lever au baisser de rideau. Tout cela, avec une exigence du beau qui a fait la renommée de la compagnie et qui la fait vivre », conclut-il.

Montrouge et la compagnie Blin, une longue histoire

La famille Blin est montrougienne depuis 1885. En 1958, Henri Ginoux, le Maire de Montrouge, demande à André Blin
d’assurer des matinées enfantines régulières dans la salle du bar de l’ancien Centre administratif. Désormais, les créations
auront lieu dans la ville. Depuis la réhabilitation du Beffroi en 2012, la Ville de Montrouge offre à la Compagnie
Blin une résidence permanente à son castelet au Beffroi. Près de cinquante représentations ont lieu chaque année.
1934 : création de la compagnie par André Blin sous le nom Les P’tits Bonshommes
1946 : mariage de Lucienne Goubat et André Blin
1959 : remplacement de Lucienne Blin par son fi ls au pied levé à 12 ans
1977 : Les P’tits Bonshommes deviennent La compagnie Blin
1988 : remplacement de Lucienne et André Blin par Sophie Bidault et Frédéric Blin
2001 : décès de Lucienne Blin puis d’André Blin (2007)
2016 : création d’un nouveau spectacle, Le Centaure Bleu
« Nous créons tout nous-même : de l’écriture des spectacles
à l’enregistrement des voix en passant par la fabrication des
marionnettes et des costumes. »

Voir l'image en grand

Le Centaure bleu, le nouveau spectacle

Une féérie librement adaptée de contes tartares et de la Commedia dell’arte. En Chine, au XVIIIe siècle, le prince (Taer) vient présenter sa fiancée (Dardanée) à son père après dix ans d’absence.
Mais le roi s’est remarié, et la reine voit ce retour imprévu comme une menace. Voilà nos deux héros transformés sans que l’autre le sache et plongés dans de nombreuses aventures. Autour d’eux, des personnages et des créatures hauts en couleur.

Voir l'image en grand

Plus d'infos

Le Spectacle
Mercredi 15 février à 15h (première)
Mercredi 22 février à 20h (soirée première) et dimanche 26 février à 16h.
Mercredis 1er, 8, 15, 22 à 15h
Dimanche 19 mars à 16h
Mercredi 5 avril à 15h
Le Beffroi, salle André et Lucienne Blin
Billetterie sur place.

Compagnie Blin
01.42.53.23.24
theatredemarionnettes@wanadoo.fr
www.compagnieblin.fr

Photos © Virginie de Galzain