Vous pouvez intégrer cette page à vos favoris dans votre espace personnalisé TIM. Connectez-vous ou créez votre accès TIM.

Le Crédit Agricole

Partager

Les locaux du Crédit Agricole à Montrouge

Son histoire

Créée à Paris en 1879, la « Compagnie pour la fabrication des compteurs et matériel d’usines à gaz » fabriquait à l’origine des appareils de mesure et du matériel pour les usines à gaz. En 1917, elle achète une première surface à Montrouge, y installe son siège en 1922 et s’étend progressivement jusqu’à occuper les 8 hectares de l’emprise actuelle. C’est dans un laboratoire de la Compagnie des compteurs que l’ingénieur René Barthélémy mena les travaux qui aboutiront, depuis un studio aménagé à Montrouge, à la première démonstration publique de télévision française, le 14 avril 1931. Elle devint « Compagnie des compteurs » en 1959 et fut intégrée à Schlumberger Industries en 1970. Le site fut l’objet d’une restructuration dans les années 80 : l’atelier d’architecture Renzo Piano se chargea de remodeler l’espace et le bâti pour les adapter à une activité tertiaire, tandis que la partie centrale, libérée des nombreux ateliers détruits, fut aménagée en jardin paysager par Alexandre Chemetoff.
Depuis 2010, le groupe Crédit Agricole regroupe l’ensemble de ses filiales présentes en Ile-de-France sur le site rebaptisé campus Evergreen.

Sa particularité

Il s’agit d’un des premiers exemples de réhabilitation d’un vaste ensemble industriel, initié par l’entreprise industrielle propriétaire, désireuse de pérenniser son patrimoine. Le parc et l’usine sont inscrits à l’inventaire général du Patrimoine culturel.
Le Crédit Agricole a fait appel à des architectes de renom (Agence Wilmotte, Arte Charpentier et Ory) pour faire du site une référence en matière de biodiversité en zone urbaine. Les bâtiments construits sont BBC (Bâtiment basse consommation) et certifi és HQE (Haute qualité environnementale). Evergreen comprend également un jardin de 4 hectares, véritable poumon vert de la ville qui a fait l’objet d’un réaménagement.

A voir

La stèle, accessible par l’ancienne entrée des ouvriers, rue Maurice Arnoux, en face de la rue Marie Debos, qui rappelle les noms des salariés des Compteurs décédés pendant les deux Guerres mondiales.