Vous pouvez intégrer cette page à vos favoris dans votre espace personnalisé TIM. Connectez-vous ou créez votre accès TIM.

L'Hôtel de Ville et son kiosque

Partager

Bâtiment, cheminées, sculptures et peintures inscrits à l’inventaire général des monuments et des riches artistiques de la France.

Sur le terrain du Château du Duc de la Vallière

Avec l’amputation du Petit-Montrouge en 1860 (lien vers les « limites de Montrouge »), le Grand-Montrouge n’a plus de mairie. La municipalité fait l’acquisition du terrain de l’ancien château du Duc de la Vallière, dont le tableau de Bocquet au premier étage de l’hôtel de ville montre l’aspect.

Ces bâtiments sont détruits pour construire le nouvel édifice. La première pierre est posée sous la municipalité Raveret et la direction de l’architecte Jacques Paul Lequeux. Les travaux se terminent en 1883.

En 1903, deux ailes sont ajoutées à l’édifice sous la direction de l’architecte Jules Baboin.
L’Hôtel de Ville contient des richesses artistiques remarquables inscrites à l’inventaire :

  • 2 cheminées en faïence et émail polychrome dans la salle des mariages et salle opposée dans aile nord vers 1903.
  • Bureau dans la salle des mariages en chêne verni sculpté vers1903.
  • Buste de Marianne vers 1980 de Lorenzi dans la salle des mariages.

Diverses fresques et tableau :

  • Les âges de la vie au plafond de la salle aile nord premier étage de Victor Tardieu (1920), Fiançailles, noces et famille de 1914 de Henri Jamet au plafond de la salle des mariages.
  • L’hyménée et la justice plafond de la salle des fêtes (actuelle salle du conseil) de 1886 de Théobald Chartran.
  • Les carrières à Montrouge de 1900 de Paul Schmitt (2 fresques dans l’escalier d’honneur).
  • Tableau de Gaston Bocquet de 1908 représentant le Château du Duc de la Vallière au premier étage couloir.
  • Tableau la Porte d’Orléans ou de Montrouge ( ?), dans le couloir du premier étage de Paul Schmitt en 1892.
  • Tableau : vue aérienne de Montrouge au XVIIIe siècle de la fin du XIXe siècle de J. Hauffbauer.

L’édification du kiosque a été décidée lors du conseil municipal du 10/01/1902. Il s’agit d’un kiosque en fer et fonte. Il a été aménagé en même temps que les jardins de la mairie à la suite de l’agrandissement de 1903.