Vous pouvez intégrer cette page à vos favoris dans votre espace personnalisé TIM. Connectez-vous ou créez votre accès TIM.

Risques de mouvements de terrains

Partager

La Ville renforce ses capacités à gérer ces risques par des actions de prévention.

Les mouvements de terrain sont des phénomènes naturels d’origines très diverses. Ils regroupent un ensemble de déplacements, plus ou moins brutaux, du sol ou du soussol. Cela peut concerner quelques mètres cubes ou des millions d’entre eux. Les déplacements peuvent être lents mais également brutaux.

A Montrouge

Jusqu'au 19e siècle, l’exploitation en sous-sol de calcaire grossier a donné naissance à des cavités souterraines. On trouve donc des vides dus à la présence d’anciennes carrières (environ 40% du territoire communal). Ces vides peuvent être à l’origine d’affaissement ou d’effondrement de terrain.

En 1959, rue du Poitou (Montrouge), un fontis est remonté à la surface, créant un trou sur la chaussée. D’autres désordres ont été observés lors des travaux de prolongement de la ligne 4, la consolidation des carrières s’est effectuée au niveau de la rue Sadi Carnot.

Alerte population

Un dispositif d'information peut être mis en place par les services.

Les actions préventives

Il n’existe pas à l’heure actuelle de système de prévision fiable pour ce risque, mais une surveillance est assurée, en particulier par l’Inspection Générale des Carrières de la Ville de Paris.

Surveillance par l'IGC

L’IGC est en charge de la gestion des risques liés au sous-sol pour la Ville de Paris et les départements de la Petite Couronne. Elle a pour mission :

  • la mise à jour et publication des cartes des carrières souterraines connues
  • les prescriptions de mesures de sécurité lors de l’instruction des permis de construire dans le périmètre des anciennes carrières : Soit par les techniques de prévention passive pour conforter la construction ou la fondation de l’immeuble, pour pallier les dégradations de la carrière, soit par les techniques de prévention active pour conforter la cavité et éviter son effondrement (par piliers maçonnés, boulonnage, injections).
  • la surveillance des carrières abandonnées accessibles sous le domaine public. Sur Montrouge, il existe plusieurs parcours de visites dont la fréquence varie de 2 fois par an à 1 fois tous les 3 ans selon les parcours.

Prescriptions et travaux de confortement

Toute transaction effectuée sur un bien immobilier situé à l’intérieur du périmètre à risque fait l’objet de la part de l’IGC d’une fiche de renseignements attestant de la présence ou non d’anciennes carrières connues sous l’immeuble concerné et assortie de prescriptions de travaux.

L’arrêté préfectoral du 19 décembre 1985 approuvant la délimitation du périmètre des zones de risques liés aux anciennes carrières dans la commune de Montrouge, pris en application de l’ancien article R 111-3 du Code l’urbanisme, a valeur de Plan de Prévention des Risques (PPR).

Le Plan Local d’Urbanisme intègre les servitudes d’utilité publique définies par l’Etat sur le territoire communal, et particulièrement le périmètre des anciennes carrières. Il prescrit la saisine pour avis de l’Inspection Générale des Carrières pour toute autorisation de construire dans le périmètre à risque.

En ce qui concerne les carrières situées sous le domaine public (espaces verts, bâtiments communaux), la Ville réalise les travaux de confortement prescrits par l’IGC à l’occasion des rénovations, extensions. Exemple : Groupe scolaire Aristide Briand.